Et si on mangeait des fleurs ?

By: Audrey

Vous les connaissez pour leur valeur décorative, mais saviez-vous que certaines fleurs se mangent? Et, mieux que cela, quelles sont parfois franchement savoureuses? Voici quelques stars du jardin et de la table, pour les yeux et le palais.

Vous êtes étonné de savoir qu’il y a des fleurs qui se mangent ? Allons, ne fuites pas l’innocent ! Vous avez déjà consommé des artichauts, des choux- fleurs et des brocolis ? Donc vous avez mangé des fleurs. Ou des boutons floraux, ne soyons pas tatillons.

Des fleurs inattendues dans vos assiettes.

Il y a bon nombre de plantes qui méritent le détour vers votre assiette. Et nous ne parions pas ici de celles qui peuvent, très éventuellement, se consommer, en cas de disette, ou d’isolement sur une île déserte, mais de plantes ornementales à la fois décoratives et sympathiques pour le palais.

Comme le Monsieur Jourdain de Molière qui faisait de la prose sans le savoir, vous en avez à coup sûr sous la main, là, dans votre jardin, qui n’attendent que votre bonne volonté. Il faut dire que ce sont tantôt les fleurs, tantôt les feuilles de ces beautés qui entreront dans la cuisine. Mais vous allez voir qu’à côté de relatives célébrités il y a de parfaites inconnues, du moins sur le plan culinaire.

Belles et comestibles, alors profitez-en.

Rappelons que les dahlias, capucines ou bégonias tubéreux ont avant tout étés im­portés comme légumes, puisqu’ils étaient considérés comme tels, dans leurs pays d’origine. Le résultat, pour nos palais, n’étant pas fameux, on fit passer ces nou­veautés de la serre à la pleine terre, où elles donnèrent le meilleur d’elles-mêmes comme plantes ornementales, mais rien n’empêche un retour à la case départ (du moins pour la capucine, le reste, à notre avis, ne valant pas un tel sacrifice). Tou­jours est-il qu’en l’état actuel des choses, les plantes ornementales à la fois comes­tibles et savoureuses se consomment essentiellement crues. Nous passerons sur les pétales de crocus et crocosmias, à la saveur finement amère, sur ceux des tulipes (toutes ne s’y prêtent pas et cer­taines sont toxiques), ou sur les fleurs sucrées de trèfle, régal des enfants aventu­reux, mais au (très) faible rendement.

Prenez le temps de les choisir pour ne pas être déçu.

Ne vous lancez pas pour autant dans la cui­sine « toute fleurie ». Outre que toutes les plantes mangeables ne sont pas, répétons-le, savoureuses, leur mélange n’est pas tou­jours heureux. De plus, leurs goûts différents d’une variété à l’autre, dans un même genre.

Ainsi des hémérocalles, qui vont du sucré au franchement déplaisant, suivant leur patenté. Faites des tests, avant d’en faire profiter vos hôtes (précisons que votre santé ne risque rien avec les plantes ici présentées, quelle que soit la variété). Et dans le doute, commencez à petite dose, d’autant que tous ces végétaux ne donnent pas le meilleur d’eux-mêmes à la même saison.

De quoi varier les plaisirs…

Vous les connaissez pour leur valeur décorative, mais saviez-vous que certaines fleurs se mangent? Et, mieux que cela, quelles sont parfois franchement savoureuses? Voici quelques stars du jardin et de la table, pour les yeux et le palais. Vous êtes étonné de savoir qu’il y a des fleurs qui se mangent ? Allons, ne fuites pas l’innocent ! Vous avez déjà consommé des artichauts, des choux- fleurs et des brocolis ? Donc vous avez mangé des fleurs. Ou des boutons floraux, ne soyons pas tatillons. Des fleurs inattendues dans vos assiettes. Il y a bon nombre de plantes qui méritent le détour vers votre assiette. Et nous ne parions pas ici de celles qui peuvent, très éventuellement, se consommer, en cas de disette, ou d'isolement sur une île déserte, mais de plantes ornementales à la fois décoratives et sympathiques pour le palais. Comme le Monsieur Jourdain de Molière qui faisait de la prose sans le savoir, vous en avez à coup sûr sous la main, là, dans votre jardin, qui n'attendent que votre bonne volonté. Il faut dire que ce sont tantôt les fleurs, tantôt les feuilles de ces beautés qui entreront dans la cuisine. Mais vous allez voir qu’à côté de relatives célébrités il y a de parfaites inconnues, du moins sur le plan culinaire. Belles et comestibles, alors profitez-en. Rappelons que les dahlias, capucines ou bégonias tubéreux ont avant tout étés im­portés comme légumes, puisqu’ils étaient considérés comme tels, dans leurs pays d’origine. Le résultat, pour nos palais, n’étant pas fameux, on fit passer ces nou­veautés de la serre à la pleine terre, où elles donnèrent le meilleur d’elles-mêmes comme plantes ornementales, mais rien n’empêche un retour à la case départ (du moins pour la capucine, le reste, à notre avis, ne valant pas un tel sacrifice). Tou­jours est-il qu’en l’état actuel des choses, les plantes ornementales à la fois comes­tibles et savoureuses se consomment essentiellement crues. Nous passerons sur les pétales de crocus et crocosmias, à la saveur finement amère, sur ceux des tulipes (toutes ne s’y prêtent pas et cer­taines sont toxiques), ou sur les fleurs sucrées de trèfle, régal des enfants aventu­reux, mais au (très) faible rendement. Prenez le temps de les choisir pour ne pas être déçu. Ne vous lancez pas pour autant dans la cui­sine « toute fleurie ». Outre que toutes les plantes mangeables ne sont pas, répétons-le, savoureuses, leur mélange n’est pas tou­jours heureux. De plus, leurs goûts différents d’une variété à l’autre, dans un même genre. Ainsi des hémérocalles, qui vont du sucré au franchement déplaisant, suivant leur patenté. Faites des tests, avant d’en faire profiter vos hôtes (précisons que votre santé ne risque rien avec les plantes ici présentées, quelle que soit la variété). Et dans le doute, commencez à petite dose, d’autant que tous ces végétaux ne donnent pas le meilleur d’eux-mêmes à la même saison. De quoi varier les plaisirs...

User Rating: 4.98 ( 1 votes)
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top